Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La confession vue par quatre enfants

ARTICLE | 24/11/2016 | Numéro 2028 | Par Élisabeth Caillemer

 

EXCLUSIF MAG – Avec leurs mots imagés et leur enthousiasme, quatre enfants de 6 à 10 ans témoignent de ce que le sacrement du pardon signifie pour eux.

Frantz, 10 ans : « Il ne faut pas avoir peur »

Frantz confession

« La confession, ça sert à se faire pardonner ses péchés par le prêtre qui représente Dieu. La première fois que je me suis confessé, j’avais 6 ans. J’aime beaucoup y aller parce qu’après on est débarrassé de ses péchés. Je vais me confesser quand mes parents m’y font penser, parfois j’y pense moi-même. J’y vais avant les grandes fêtes ou environ tous les deux mois. Là, il faut  que j’y aille bientôt. Au début, Maman m’aidait à me préparer, mais maintenant je le fais tout seul. Je regarde dans mon missel, je lis les péchés et si j’en vois que j’ai fait je les écris sur un papier. Parfois, ils y sont, parfois non . Même si je les écris, je les apprends un peu avant pour ne pas regarder ma feuille pendant la confession, sinon ça fait bizarre. Après, je jette le papier. J’aime beaucoup être dans un confessionnal parce qu’on est… comment dire ? On est bien isolé des autres. Quand je sors de ma confession, je me sens heureux. Il ne faut pas avoir peur. »

Enguerrand, 10 ans : « Dieu attend qu’on soit des saints »

Enguerrand confession

« Je raconte mes péchés au prêtre et c’est Jésus qui me pardonne. Il est tout le temps avec moi donc Il entend tout ce que je dis. J’y vais tous les deux mois. Parfois, c’est Maman qui dit “Ça fait long temps qu’on n’y est pas allés”, et une fois, c’est moi qui ai demandé parce que j’avais fait beaucoup de péchés dont un que je regrettais beaucoup. Après la confession, je me sens tout léger, je sens que je vais m’envoler. J’aime recevoir la bénédiction du prêtre. Quand il pose les mains sur ma tête,  après je me sens tout pur. Je préfère être assis dans une petite pièce en face de lui car je le vois, c’est plus agréable . Une fois, je me suis confessé  dans un confessionnal, la grille en bois, c’est perturbant : on ne voit pas le prêtre  alors qu’on lui parle. Papa a une espèce de livre, là où il y a tous les péchés.  Par exemple “Tu as peut-être désobéi”. Mais je préfère chercher tout seul dans ma tête.  C’est plus compliqué avec le livre parce qu’il y a des péchés je ne sais pas ce que ça veut dire. Je pense que c’est pour les adultes. Un péché, c’est par exemple désobéir à sa maman, ce n’est pas ce que Dieu attend de nous. Il attend qu’on soit des saints et qu’on soit pur, même si ce n’est pas possible d’être sans péché, sauf  Marie. »

Bérénice, 6 ans : « J’aime bien être devant Dieu »

Bérénice confession

« Je n’ai pas encore fait ma première communion, mais je me suis déjà confessée plein de fois. Je me confesse chez moi, dans m on coin-prière quand un prêtre vient à la maison. Je me mets à genoux, je dis tous mes péchés à Jésus, je prie la Vierge Marie, je fais mon signe de croix et puis c’est tout. J’aime bien me confesser parce qu’on demande pardon à Jésus pour tout ce qu’on a fait de mal, comme ça, Il nous pardonne et après on ne recommence plus. Je n’ai jamais peur parce que je connais les personnes qui me confessent et que je connais Dieu.  J’aime bien être devant Lui. »

 

Aubin, 9 ans : « Je fais des fouilles dans mon cœur »

Aubin confession

« Je me souviens de ma première confession à Palavas-les-Flots dans un camp Annuncio. Ma mère m’avait parlé de la confession deux semaines avant. Elle m’avait dit “Tu ne peux pas enlever les péchés que tu as faits mais ils sont pardonnés.” Je me suis dit “Ma mère m’en a parlé et, vu qu’il y a un prêtre, j’en profite.” On chantait les grâces après le déjeuner, je suis allé lui demander  de me confesser et il m’a dit “On finit le chant et, après, je viens avec toi.” Je ne savais pas comment m’y prendre, alors il m’a aidé. Après, j’étais libéré de tout. J’ai couru dans le jardin tellement j’étais content. Un péché, c’est comme si on est relié  avec une corde à Jésus et qu’on coupe la corde. Quand on va se confesser, Jésus fait un nœud à la corde, alors la corde est plus courte donc on est plus proche de Lui. C’est ma mère qui me l’a dit et je trouve cette histoire pas mal, c’est pour ça que je vous la raconte. Aujourd’hui, on ne se confesse plus beaucoup  dans les confessionnaux mais dans une pièce, soit à genoux, soit assis. Moi, je préfère me mettre à genoux car c’est plus respectueux pour Dieu. Pour me préparer, je fais des fouilles dans mon cœur et tous les péchés que je trouve, je les dis. J’essaie de passer le dernier, pour avoir le temps de tout trouver. »

[...]

Élisabeth Caillemer

http://www.famillechretienne.fr/vie-chretienne/autres-sacrements/la-confession-vue-par-quatre-enfants-208191

La rédaction vous conseille :

Tag(s) : #Vers d'autres sites, #Catéchèse