Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les plus belles prières de Michel Quoist "garder confiance"

Résumé :
Les textes de Michel Quoist (1921-1998) expriment avec délicatesse l'expérience humaine, ses joies, ses peines et ses questions, et traduisent en mots simples la présence de Dieu au coeur de cette vie. Dans les moments difficiles, comment ne pas perdre pied ' Où trouver les ressources nécessaires pour continuer la route ' Les prières et les méditations de ce recueil parlent de solitude, d'amitié, de goût de vivre, de silence, de beauté... Autant de mots que le lecteur pourra utiliser à son tour pour garder confiance.

Biographie:
Michel Quoist est né au Havre en 1921. Très jeune, il entre dans la vie active, s'engage à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), puis s'oriente vers le séminaire. Il est ordonné prêtre en 1947. Pasteur en paroisse, aumônier d'action catholique en lien avec les grandes initiatives religieuses d'après-guerre, il publie Prières en 1954. Le succès est foudroyant. D'autres ouvrages vont suivre, qui seront régulièrement réédités et traduits dans le monde entier. Décédé en 1997, Michel Quoist est considéré comme l'un des premiers auteurs à avoir su exprimer le message chrétien en se référant au monde urbain moderne, ce qui explique son succès auprès de nombreuses générations.

 

 

Je vieillis, Seigneur, et c'est dur de vieillir !                                                  Je ne puis plus courir, et même marcher vite,

Je ne puis plus porter de lourdes charges,                                                  et monter rapidement l'escalier de chez moi.                                             Mes mains commencent à trembler,                                                            et très vite mes yeux se fatiguent sur les pages du livre.                             Ma mémoire faiblit et rebelle me cache,                                                     des dates et des noms que pourtant elle connaît.

 

Je vieillis et les liens d'affection noués au cours des longues années passées, un à un se relâchent, et quelquefois se brisent.                           Tant de personnes connues,                                                                     Tant de personnes aimées,                                                               s'éloignent et disparaissent dans l'au-delà du temps,                                  que mon premier regard sur le journal du jour,                                          est pour chercher inquiet les avis de décès.

 

Chaque jour, un peu plus, Seigneur,                                                            je me retrouve seul, seul avec mes souvenirs,                                            et mes peines passées, qui toujours en mon coeur,                                  demeurent très vivantes,                                                                          tandis que beaucoup de joies souvent, me semblent envolées.

 

Seigneur, comprends-moi !                                                                        Toi qui a brûlé ton existence en trente trois années intenses,                    Tu ne sais pas ce que c'est que lentement vieillir,                                       et d'être là, avec la vie qui s'échappe implacable de ce pauvre corps rouillé,vieille machine aux rouages grinçants, qui refuse ses services.

Et d'être là, surtout, et d'attendre.                                                 D'attendre que le temps passe,                                                                  un temps qui s'écoule certains jours si lentement,                                     qu'il semble me narguer, et tourne et traîne,                                              devant moi, autour de moi,                                                                         sans vouloir céder la place à la nuit qui vient,                                             et permet enfin de... dormir.

 

Seigneur, comment croire que le temps d'aujourd'hui,                               soit le même que le temps de jadis,                                                           Celui qui courait si vite certains jours, certains mois,                                  Tellement vite que je ne pouvais pas le rattraper,                                        et qu'il m'échappait avant que je n'ai pu le remplir de vie ?

 

Aujourd'hui j'ai du temps, Seigneur, trop de temps.                                    Du temps qui s'entasse à mes côtés, inutilisé.                                            Et moi, je suis là, immobile, et ne servant à rien.

 

Je vieillis, Seigneur, et c'est dur de vieillir,                                                  Au point que certains de mes amis je le sais,                                                 te demandent souvent que finisse cette vie qui devient pensent-ils, désormais inutile.

 

Ils ont tort mon petit, dit le Seigneur,                                                                         Et toi aussi, qui ne le dis pas, mais parfois les approuves.                                       A tous les hommes vos frères, vous êtes nécessaires.                                               Et moi j'ai besoin de vous aujourd'hui,                                                                comme j'avais besoin de vous hier.                                                                        Car un coeur qui bat, fût-il usé,                                                                           donne encore la vie, au corps qu'il habite,                                                               et l'amour en ce coeur peut jaillir,                                                                       souvent plus puissant et plus pur                                                                           quand le corps fatigué lui laisse enfin la place.

 

Certaines vies débordantes, vois-tu,                                                                    peuvent être vides d'amour,                                                                                     tandis que d'autres, paraissant bien banales, rayonnent à l'infini.

 

Regarde ma mère Marie, pleurant, immobile au pied de ma croix                         Elle était là.                                                                                                         Debout certes, mais elle aussi impuissante,                                                tragiquement impuissante.                                                                                     Elle ne faisait RIEN, sinon que d'être là.                                                               Tout entière recueillie,                                                                                            Tout entière accueillante,                                                                                         Et toute entière offrante,                                                                                            et c'est ainsi qu'avec Moi,                                                                                        elle a sauvé le Monde,                                                                                              en lui redonnant,                                                                                                      tout l'amour perdu par les hommes, sur les routes du temps.

 

Aujourd'hui, avec elle,                                                                                             au pied des croix du monde,                                                                                recueille les immenses souffrances de l'humanité,                                                      bois mort à brûler au foyer de l'amour.                                                                   Mais accueille aussi les efforts et les joies,                                                             Car les fleurs cueillies sont belles,                                                                          mais ne servent à rien, qui ne sont point offertes,                                                      et tant d'hommes pensent à vivre mais oublient de donner.

 

Crois-moi,                                                                                                                 ta vie aujourd'hui peut être plus riche qu'hier,                                                         Si tu acceptes de veiller, sentinelle immobile dans le soir qui vient.                           Et si tu souffres de n'avoir plus rien en tes mains,                                                 que tu ne puisses donner,                                                                                        Offre ton impuissance                                                                                                Et ensemble je te le dis,                                                                                            Nous continuerons de sauver le Monde.

 

Chemins de prières

 

Tag(s) : #Méditation