Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ces YEUX qui ont vu …

      … le SALUT…

 

 

 

 

Ceux d’Abraham, Moïse, Jacob…

Ceux de Marie, Siméon et Anne,

et ceux de Nicodème…

Ceux de l’enfant possédé et du paralytique…

Ceux du bon larron et du centurion au pied de la croix et ceux des compagnons d’Emmaüs….

A travers ce parcours nous découvrirons que lorsque Dieu entre en dialogue avec quelqu’un c’est pour lui faire connaître ce qui est bon pour l’homme, un aspect du mystère du salut.

 

 

 

La rencontre avec Dieu est saisissante mais elle met debout et fait de l’homme un interlocuteur, un répondant qui peut donner sa confiance ou la refuser. Oui, « notre Dieu s’est fait conversation », il a engagé avec l’humanité une histoire de salut.

 

 

Ce sont ces petits bouts d’histoire que raconte la Bible. Nous croyons que ces récits ont encore, pour nous, la puissance révélatrice et transformante de la Parole de Dieu. Celle-ci éclaire, libère, donne d’avancer… N’est-ce pas dans ce sens qu’est le salut ?

A l’aide d’une douzaine de figures bibliques, ce parcours voudrait laisser pressentir quelques aspects du salut de Dieu.

Bien d’autres textes auraient pu être choisis ; il est impossible d’être exhaustif sur ce sujet. Ceux qui ont été retenus sont  soit indispensables, soit non encore exploités dans d’autres parcours.

Ces YEUX qui ont vu …

      … le SALUT…

 

 

 

Quelques questions à se poser en chemin

 

« L’histoire du salut, dans l’Ancien Testament, raconte le dialogue long et divers qui part de Dieu et noue avec l’homme une conversation variée et étonnante. Dans cette conversation, Dieu laisse comprendre quelque chose de lui-même. » (Encyclique de Paul VI, Ecclesiam suam n° 72)

 

Dans ce parcours, nous allons découvrir progressivement ce que peut vouloir dire : « Dieu sauve ». Pour le moment, disons-nous qu’être sauvé c’est le contraire d’être perdu; et prenons la route.

 

 

En faisant connaissance avec Abraham, Jacob ou Moïse, qui nous ressemblent par certains côtés, nous apprendrons les mœurs de Dieu quand il vient à la rencontre de l’homme :

§ Comment Dieu entre en dialogue avec quelqu’un. 

§ Comment il laisse la liberté à son interlocuteur. 

§ Comment celui qui répond à l’initiative de Dieu bénéficie d’un aspect du salut offert. 

 

 

Avec Jésus, ce dialogue se fait plus proche et ses conséquences sont plus visibles encore :  

§ Il ne se mesure pas aux mérites de ceux à qui il s’adresse ni aux résultats obtenus.

§ Il ne contraint personne à l’accueillir.

§ Il est offert à tous.

 

Nous découvrirons d’autres traits du salut offert en Jésus-Christ, grâce à quelques figures du Nouveau Testament :

§ Comment sa Parole fait vivre, exister, met debout.

§ Comment il guérit l’homme qui lui fait confiance, jusqu’au plus profond.

 

 

Une fois ces questions posées tout au long du parcours, nous espérons, qu’au terme,  la gerbe du salut sera abondante.

 

Et surtout, nous aimons penser que d’interpellations en interpellations pour aujourd’hui, nous aurons nous-mêmes pris le goût du dialogue pour rendre compte, auprès de ceux qui nous croisent, de la foi qui nous habite, et recevoir d’eux, en échange, le témoignage de leur espérance.