Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affaiblis par les hautes températures, les sans-abri reçoivent l’aide bienvenue du Samu Social le soir, lorsque la chaleur retombe lentement.

Un sans-abri sur un banc de Paris, le 19 juin 2017. / Matthieu Alexandre/AFP

Isabelle peine à garder les yeux ouverts. Assise à califourchon sur un banc public de la rue Custine, dans le 18e arrondissement de Paris, une main soutenant son visage fatigué, cette grande brune sans domicile souffle péniblement. « J’ai chaud », se plaint-elle. « J’ai l’impression d’étouffer avec cette chaleur. Je suis épuisée », poursuit-elle. Comme elle, les SDF sont en première ligne depuis le début de l’épisode caniculaire, alors que soixante-sept départements sont toujours placés en vigilance orange.

À LIRE : Dans la nuit de Paris, à la recherche d’hébergements

Ni douche, ni climatisation, ni verre d’eau

« Les gens qui sont à la rue ne peuvent ni prendre de bain avant de dormir, ni se changer au cours de la journée, ni allumer la climatisation ou le ventilateur, ni simplement se remplir un verre d’eau et de glaçons », énumère Nicolas Clément, président du Collectif des Morts de la rue.

« Je n’ai pas pu prendre de douche aujourd’hui, je n’ai aucun moyen de me rafraîchir. Je n’ai même plus la force de le raconter », confirme Isabelle. Les yeux désormais fermés, cette quadragénaire semble assommée par la chaleur. Lorsque l’équipe du Samu Social s’approche, elle demande rapidement une bouteille d’eau. « Bien fraîche », précise-t-elle.

Chaque année, le Samu Social de Paris distribue 100 000 bouteilles d’eau offertes par la Fédération nationale des eaux conditionnées et embouteillées : une action renforcée lors des pics de chaleur, comme celui que connaît le pays depuis plusieurs jours. « Il y a un grand risque de déshydratation avec ce temps, donc ce soir notre principale mission est de distribuer des bouteilles d’eau », atteste Sophie Louis, travailleuse sociale du 115 depuis trois ans.

À LIRE : Le Samu social de Paris, au-delà de l’urgence

Durablement affaiblis

« En été, il y a moins de places d’hébergement, donc beaucoup de sans-abri se retrouvent sans solution sous des chaleurs insupportables », explique Éric Pliez, président du Samu Social. Or, subir la canicule jour et nuit n’est pas sans conséquence. « Ces températures les usent, les grignotent. Leur capacité de résistance est entamée. Ils vont être affaiblis pour les mois qui viennent », assure Nicolas Clément.

Les pieds nus sur l’asphalte tiède, Omar – dont le prénom a été modifié – est tranquillement assis sur un canapé. Cet homme de 35 ans d’origine sénégalaise s’est installé le long d’un trottoir du neuvième arrondissement de Paris, devant la grille d’aération d’un commerce. Au sol, plusieurs grandes bouteilles d’eau. Malgré la couverture qui le recouvre, il ne semble pas avoir chaud : son visage est net et son front sec. Il fait nuit, mais la température avoisine encore les trente degrés.

« Rendre plus accessibles les sanisettes »

« Son corps est habitué à tout supporter, les jours de canicule comme les nuits d’hiver », raconte Régis Borniquel, un infirmier du Samu Social de 40 ans. Les dreadlocks d’Omar s’agitent sous l’air chaud soufflé par la grille d’aération. « Quand il fait aussi chaud et qu’il ne s’en rend pas compte, je vérifie qu’il n’est pas déshydraté. Omar était réactif, il répondait à nos questions, il m’a serré la main avec force, il n’était pas amorphe. Certaines bouteilles d’eau étaient vides : ce sont de très bons signes », analyse l’infirmier.

Pour trouver des solutions durables, Nicolas Clément, du Collectif des Morts de la rue, réclame la mise en place d’un hébergement et d’un accompagnement pour chacun des 30 000 sans-abri qui ne sont pas encore pris en charge. « En attendant, et surtout en période de grande chaleur, il faut rendre plus accessibles les lieux où l’on trouve de l’eau et des douches, notamment les sanisettes [édicule abritant des toilettes publiques et un point d’eau, NDLR] », ajoute-t-il.

Les températures devraient redescendre dès demain dans toute la France, mettant fin à cet épisode de canicule.

À LIRE : « Le nombre de familles à la rue a explosé »

Megane De Amorim
Tag(s) : #La Croix