Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Le pape a qualifié, mercredi 5 avril, d’« inacceptable massacre » l’attaque chimique perpétrée la veille près d’Idlib (Syrie).

Le pape à l’audience générale, place Saint-Pierre, le 5 avril 2017.

Le pape à l’audience générale, place Saint-Pierre, le 5 avril 2017. / FILIPPO MONTEFORTE/AFP

À la fin de son audience générale, mercredi 5 avril sur la place Saint-Pierre, le pape François s’est dit « horrifié » de l’attaque chimique, la veille près d’Idlib (Syrie), la qualifiant d’« inacceptable massacre » et en appelant à la « conscience de ceux qui ont une responsabilité politique, au niveau local et international ».

« Nous assistons horrifiés aux récents événements en Syrie », a déclaré le pape à la fin de son audience générale, exprimant sa « ferme déploration pour l’inacceptable massacre survenu hier dans la province d’Idlib où des dizaines de personnes ans défense ont été tuées, dont de nombreux enfants ».

> Lire aussi : Le régime syrien accusé d’avoir perpétré une attaque chimique

« Je fais appel à la conscience de ceux qui ont une responsabilité politique, au niveau local et international afin que cesse cette tragédie et qu’un soulagement soit apporté à cette chère population depuis trop longtemps épuisée par la guerre », a lancé le pape, saluant « les efforts de ceux qui, malgré l’insécurité et l’inconfort, cherchent à apporter de l’aide aux habitants de cette région ».

Juste avant, le pape avait fait part de sa « proximité spirituelle » aux victimes du « grave attentat » du métro de Saint-Pétersbourg, lundi en Russie.

> Lire aussi : La Russie visée à son tour par le terrorisme

Plus tôt, dans sa catéchèse prononcée devant près de 15 500 pèlerins rassemblés sur la place Saint-Pierre (dont plus de 700 jeunes Français), le pape a continué son cycle sur l’espérance chrétienne, commentant la Première Épître de Pierre où l’apôtre exhorte « à rendre raison de l’espérance qui est en nous ».

« Si le Christ habite dans nos cœurs, nous devons apprendre à nous comporter comme lui, en témoignant d’humilité, de miséricorde, de respect et de bienveillance envers le prochain », a insisté François.

Sortant de son texte, le pape s’en est alors pris aux mafieux qui « pensent que le mal peut se vaincre par le mal et se lancent dans la vendetta ».

Quatre imams britanniques

« Mais ils ne savent pas ce qu’est l’humilité, la miséricorde et la bienveillance, a-t-il mis en garde. Ils ne connaissent pas la bonté car ils n’ont pas l’espérance. »

Avant l’audience, le pape avait reçu, dans un salon attenant à la Salle Paul-VI, quatre imams britanniques accompagnés par le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster (Grande-Bretagne), deux semaines après l’attentat qui a frappé la capitale du Royaume-Uni.

Leur adressant quelques mots, le pape a insisté sur le « travail de l’écoute », « le plus important que nous devons faire entre nous, dans l’humanité ». « Accueillir la parole du frère, de la sœur, et penser ensuite à donner la nôtre », a-t-il expliqué.

Nicolas Senèze, à Rome
Tag(s) : #La Croix