Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Priez pour les morts, ils vous le rendront bien  Emmanuel Bourceret
CHRONIQUE | Billet d’humeur | 27/10/2015 | Par Emmanuel Bourceret
3 commentaires | Imprimer | Classer
BILLET_HUMEUR_BOURCERET

©Esprit photo

Savez-vous combien nous pouvons rester unis aux êtres chers qui sont morts ? Que loin de faire le deuil de nos proches partis avant nous, nous pouvons au contraire nous relier à eux ? Qu’en priant Dieu pour les défunts, nous vivons alors dans une étonnante solidarité entre terre et ciel ?

Il existe « un lien profond et indissoluble, explique le pape François, entre ceux qui sont encore pèlerins dans ce monde et ceux qui ont franchi le seuil de la mort pour entrer dans l’éternité ». Cette communion de vie entre tous ceux qui appartiennent au Christ est l’une des vérités les plus consolantes de la foi chrétienne. On l’appelle communément « communion des saints », car elle rassemble les chrétiens de la terre, du purgatoire et du paradis dans une même grande famille de frères et sœurs.

Que nos défunts soient déjà au paradis, jouissant auprès de Lui dans la vision pleine et entière de son amour, ou qu’ils aient encore besoin de passer par la grande purification, qu’importe. S’ils sont dans l’attente du ciel, ils ont besoin de nos prières et de nos messes, peut-être aussi de notre pardon et nous du leur. Profitons-en pour nous réconcilier et pour leur demander leur aide. Une fois saints, réunis avec Dieu et ses anges, ils nous enverront des pluies de grâce.

« Vivez avec une intensité particulière la communion des saints, et chacun sentira, à l’heure de la lutte intérieure, aussi bien qu’à l’heure du travail professionnel, la joie et la force de ne pas être seul », aimait à dire saint Josémaria. Joie unique, que rien ne peut nous enlever, puisque cette union spirituelle passe par-dessus la mort et trouve sa plénitude dans la vie éternelle.

 

Emmanuel Bourceret

 
     
    Mots Clés :
     

    La rédaction vous conseille :

     

    Pape François : la communion des saints au secours de ceux qui doutent

    ARTICLE | 31/10/2013 | Par Sybille d’Oiron
    1 commentaire | Imprimer | Classer
    Pape François, audience générale du 30 octobre 2013

    ©CTV

    En prêchant, à quelques jours de la Toussaint et de la fête des défunts, sur la communion des saints, le pape François encourage à une foi joyeuse qui ne s’étonne pas des « doutes ».

    Touchant au passage les mains tendues le long de sa papamobile, le pape François traverse une foule estimée à 50 000 personnes réunies pour l’audience générale du 30 octobre. En cet automne clément, la place Saint-Pierre est baignée de soleil.

    À la joie des pèlerins répond celle du souverain pontife qui, selon son habitude, se saisit de son homélie et lève fréquemment les yeux de son texte, pour le ponctuer de quelques gestes. Thème choisi pour son audience générale en plein air : la communion des saints, en l’honneur des fêtes de la Toussaint et des défunts que tous les catholiques du monde célébreront les 1er et 2 novembre.

    C’est « une des réalités les plus consolantes de notre foi, s’enthousiasme le Saint-Père, parce que « nous ne sommes pas seuls, il y a une communion » entre tous ceux qui, vivants ou morts, sont dits « saints » parce que, dans l’Église, ils « sont incorporés au Christ par le baptême ».

    La « matrice » de l’amour fraternel

    Une communion qui trouve sa source dans la Trinité, explique le pape. Si la Passion selon saint Jean commence par la prière de Jésus pour ses disciples : « Qu’ils soient un comme Toi et Moi, Père, nous sommes Un, afin que le monde croie que Tu m’as envoyé », c’est parce que « cette relation entre Jésus et le Père est la “matrice”€ des relations entre chrétiens ».

    Et le pape d’insister : « L’Église, dans sa vérité profonde, est communion avec Dieu. [Il relève les yeux.] Elle est familiarité avec Dieu. Si nous sommes intimement insérés dans cette matrice, dans cette ardente fournaise d’amour, nous pouvons devenir un seul corps et une seule âme. Parce que l’amour de Dieu brûle nos égoïsmes, nos préjugés, nos divisions et même nos péchés ».

    Notre foi a besoin du soutien d’autrui

    C’est de manière très concrète qu’il explique pourquoi cette communion entre frères est nécessaire : « Qui, parmi nous, n’a pas expérimenté les égarements, les incertitudes et, pour finir, le doute ? Tous, nous l’avons tous expérimenté, même moi », dit-il en pointant du doigt son cœur. « Cela ne doit pas nous étonner. Cela fait partie du chemin de la foi, de notre vie, parce que nous sommes des humains, fragiles et limités. Dans ces moments, il faut se confier à l’aide de Dieu par la prière filiale et, en même temps, trouver le courage et l’humilité de s’ouvrir à autrui pour demander de l’aide. Combien de fois l’avons-nous fait et avons-nous réussi à retrouver Dieu ! Dans cette communion, dans cette “€œcommune union”€, décompose-t-il en mimant un cercle, nous sommes une grande famille. »

    La joie de cheminer avec tant de frères

    Grâce à la résurrection du Christ, la grande famille des saints ne connaît pas la frontière de la mort, elle réunit « tous les baptisés sur Terre, les âmes du purgatoire et les bienheureux du Ciel ».

    « Comme il est beau de se soutenir dans l’aventure merveilleuse de la foi », se réjouit le pape. « Un chrétien doit être joyeux, joyeux d’avoir tant de frères qui cheminent avec lui, joyeux d’être soutenu par des frères et sœurs qui sont chemins vers Dieu, et par ceux qui, du Ciel, prient Dieu pour eux. » Et de conclure en souriant : « Avançons sur cette voie avec joie ! »

    http://www.famillechretienne.fr/foi-chretienne/vivre-en-chretien/prier-pour-nos-defunts-pourquoi-et-comment-179891/pape-francois-la-communion-des-saints-au-secours-de-ceux-qui-doutent-179897