Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dei Amoris Cantores : « Vous allez en prendre plein les yeux et les oreilles ! »

http://www.famillechretienne.fr/culture-loisirs/musique/dei-amoris-cantores-vous-allez-en-prendre-plein-les-yeux-et-les-oreilles-!-207125

ARTICLE | 09/11/2016 | Numéro 2026 | Par Bertille Perrin

 
 

 

EXCLUSIF MAG – Pour leur troisième album, les Dei Amoris Cantores interprètent dix-sept chants polyphoniques conduisant à la prière. À découvrir en concert les 19 et 20 novembre.

«Vous allez en prendre plein les yeux et les oreilles ! » Tanguy Dionis du Séjour, fondateur et chef de chœur des Dei Amoris Cantores (les DAC, comme ils se font appeler), prépare l’événement depuis des semaines. Les 19 et 20 novembre, les bien nommés « chanteurs de l’amour de Dieu » présenteront leur troisième album par deux concerts exceptionnels (1), dans une église illuminée à la bougie grâce à l’association suisse Kalalumen (voir encadré). Des voix brutes, sans instruments, et des bougies : « On aurait pu vivre cela de la même façon il y a mille ans ! », commente Tanguy, désireux de faire vivre au spectateur une véritable expérience sonore et visuelle.

D’ici là, rien ne doit fuiter : le titre de l’album ne sera dévoilé qu’au cours de la soirée, et l’album lui-même mis en vente le 22 novembre, en la Sainte-Cécile, patronne des musiciens. Dans leur communication toujours particulièrement soignée et maîtrisée, les DAC promettent même au public « une soirée au Ciel ». Une annonce audacieuse certes, mais à l’écoute de ce troisième album, on ne peut qu’y croire.

Mettant en valeur des textes toujours aussi profonds, les mélodies transportent l’auditeur et le conduisent inévitablement, si ce n’est à la prière, au moins à une forme d’intériorité et de contemplation. Si on leur connaissait déjà ce talent, pour ce troisième opus, les compositions moins évidentes à l’oreille néophyte semblent vouloir porter la Parole plus loin encore. Sur plusieurs chants, le format couplet/refrain a été abandonné au profit d’un enchaînement de tableaux.

« Le matériau musical est globalement plus interpellant que sur les précédents disques », explique Tanguy, qui en est le principal compositeur. « Cela tient surtout aux thèmes choisis : la préfiguration de la Passion chez Isaïe peut, par exemple, difficilement être portée par une mélodie simpliste. » D’autres titres comme « Puisque seul l’amour nous attend » qui ouvre l’album, « Il reviendra » ou encore « Emmanuel », tout aussi jubilatoires, se rapprochent davantage du style de leurs premiers chants. Alors que la sortie de l’album coïncide avec la clôture de l’Année de la Miséricorde, trois morceaux successifs (« Le serviteur souffrant », « Miserere, rends-moi la joie d’être sauvé » et « Digne ») insistent sur la pédagogie de l’amour divin, toujours plus grand que le péché.

Des mélodies au service des textes

Chez les DAC, les mélodies sont au service des textes, et non l’inverse. Une exigence qui conduit ses compositeurs à rester humbles : « Plus je compose, plus je me sens indigne », confie leur fondateur. « Au début, j’avais même l’impression de tromper les gens : ma musique ne dit pas assez bien ce qu’est Dieu ! Mais c’était oublier qu’Il fait avec les pécheurs que nous sommes… »

Dieu merci, depuis cinq ans, ces jeunes chanteurs, à la foi chevillée à la voix, participent bien à la nouvelle évangélisation en partageant le trésor de la polyphonie à un public de tous âges et de toutes sensibilités. 

Des milliers de bougies

Sollicitée par les Dei Amoris Cantores, l’association Kalalumen est née de l’expérience d’un certain Renato Häusler : en 2005, ce quinquagénaire crée l’événement en proposant, à des spectateurs subjugués, de découvrir la cathédrale de Lausanne illuminée par deux mille bougies. Depuis, l’association Kalalumen est réclamée pour illuminer de nombreux sites, comme ces derniers mois le Sacré-Cœur de Montmartre, les cathédrales de Monaco et de Genève, l’abbaye de Saint-Maurice ou le château de Maintenon. Son fondateur a la particularité d’être aussi l’un des derniers « guets » d’Europe : cinq fois par semaine, du haut de l’une des tours de la cathédrale de Lausanne, Renato Häusler est chargé d’annoncer vocalement l’heure aux habitants.

B. P.

 

Bertille Perrin

(1) Les 19 et 20 novembre à 20 h 45, en l’église Saint-François-de-Sales à Paris (17e).

 
Mots Clés :
 

La rédaction vous conseille :

Dei Amoris Cantores ou les « chanteurs du Dieu d’Amour »

Voir l’article sur le site source

Publié par jeunescathos le 30 septembre 2015 - A la UneCulture & MédiasEvangélisationVie de l’Eglise

Le public a jusqu’au 15 octobre sur le site des Angels Music Awards pour voter pour le meilleur artiste / groupe de l’année. Jusqu’à présent, les Dei Amoris Cantores sont en tête, promouvant ainsi le chant sacré dans le palmarès des musiques chrétiennes actuelles.

Fondé en décembre 2011, les Dei Amoris Cantores, composés d’une vingtaine de chanteurs, est un groupe catholique qui dans une dynamique d’évangélisation, souhaite mettre en valeur et transmettre la Parole de Dieu. Leur dernier album, « Sauvé », est sorti en juin 2014, un an et demi après le succès de leur premier CD en décembre 2012 « Vers la lumière ». Tanguy, 34 ans, par ailleurs consultant en management, est le fondateur principal et un des compositeurs du groupe.

Tag(s) : #Vers d'autres sites